voyages et aquarelle - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 19:02
Regard croisé sur les pêcheurs Fanti

Ces simples croquis sont extraits de l’une de mes pages consacrées aux pêcheurs Fanti. Avec eux, entre deux croquis ou aquarelles, j’ai ramené les filets sur la plage et poussé les pirogues sur le sable…

Mais la quête du petit objet que j’étais venu chercher ici, si elle m’a permis la découverte d’un peuple noble et courageux, m’a surtout apporté la chance d’une rencontre qui allait changer le cours de mon carnet en me révélant la route à la fois merveilleuse et initiatique sur laquelle j’étais sans même le savoir.

Regard croisé sur les pêcheurs Fanti

Je vous en reparlerai (le dénouement est proche), mais avec le soleil qui se couche chaque soir dans une magnificence d’embrasements où l’écume des vagues se mêle au corail du ciel sous le balancement des palmiers, je ne peux m’empêcher de vous amener avec moi voir (ou revoir) ce film magnifique du cinéaste et ethnologue Jean ROUCH « Mammay water ».

Il a su mieux que personne d’autre, nous dévoiler l’âme de ce peuple à travers son sens aigu de la narration dans un récit simple et efficace.

Celui-ci nous plonge dans l’ambiance même où je me trouvais, car depuis l’époque où son film fut réalisé, en 1956, rien sur ces rivages n’a changé : une Afrique authentique et intemporelle, une musique High Life qui est toujours à la mode dans les profondeurs du pays, les jeux de surf des enfants (ces « garçons de l’écume » comme il les appelait, si fiers de nous montrer les morceaux d’écorce de kapokiers sur lesquels ils surfaient), leurs sauts périlleux et autres culbutes sur la plage, sous les remparts des châteaux forts esclavagiste, mémoires silencieuses de très terribles secrets…

Chez les pêcheurs fanti du Ghana, si la pêche est mauvaise, c'est qu'il y a une raison. Au moyen de cérémonies et d'incantations, les pêcheurs du Golfe de Guinée invoquent les génies de la mer. Il faut dire que les villageois ont perdu leur prêtresse, une vielle femme qui incarnait la déesse de la mer et offrait à la communauté la protection des génies. On assiste aux funérailles, on accompagne le cortège funèbre...

Si dans le film nulle pirogue ne prend la mer jusqu’au festival du Roi de Chama, j’ai vu les pêcheurs, entièrement habillés de rouge (couleur de deuil dans ces communautés), remonter sur les pirogues en honorant l’un des leurs qui s’était noyé.

Dans le documentaire de Jean ROUCH, le roi à l’ombre de son parasol est transporté dans sa chaise à porteur, au son d’une fanfare endiablée à l’occasion du festival. On passe devant le fort esclavagiste d’Elmina en allant vers l’embouchure du fleuve Kra où au moyen d’offrandes, de cérémonies et d'incantations, on s’adresse aux génies de la mer…

- Que va-t-il se passer ?

Vous pouvez remarquer que j'ai donné aux images que j'ai prises sur place (en fond visuel derrière moi en introduction vidéo avant le visionnage du film) l'aspect suranné des premiers documents couleur tournés par les prédécesseurs de Jean ROUCH : c'est pour mieux vous faire partager l'impression de "remontée du temps" que j'ai ressentie en arrivant, et rester en conformité avec l'esprit qui se dégage du documentaire du cinéaste.

À présent, deux photos souvenir de mon passage parmi les pêcheurs Fanti, dans celle-ci, je suis à la manœuvre pour tirer les filets, il fallait bien qu'avant chaque séance d'aquarelle je donne un coup de main, c'était plus facile ensuite, d'être accepté...

Regard croisé sur les pêcheurs Fanti

Dans celle-là, vous voyez ce que je fais, les croquis du début de ce billet en font partie !

Regard croisé sur les pêcheurs Fanti

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 22:46
- ¿ Dónde te llevo en esta ocasión ?

- ¿  Hace mucho tiempo que tenía noticias de mí ?

Pues escucha bien esta música :

Te da un índice cálido y soleado en la nueva aventura que voy a compartir con ustedes.
Mira de cerca a estas pruebas de color para dar a conocer uno de los más bellos viajes en los que usted puede tomar al final del año, mientras que Europa se hundirá en la oscuridad y el frío.
Este viaje, que usted y yo vivimos en el espacio de unos pocos días (pero hace tiempo que sea iniciado), así que asegúrese de seguir mis mensajes : prometo que en realidad no se arrepentirá, y que al final del camino se termina con un pequeño objeto entre los dedos, raro y precioso como talismán !

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 21:52
- Where I take you this time ?

Long ago that you had from me ?
Well listen carefully to this music :

It gives you a warm, sunny index on the new adventure that I will share with you.

Look closely at these color tests to unveil one of the most beautiful trips where I can take you at the end of the year, while Europe will be plunged into the gloom and cold.
This trip, we will live you and me in the space of a few days (however long ago it started), so be sure to follow my posts : I promise that you really will not regret it, and that at end of the road you end up with a small object between the fingers, rare and precious as a talisman !

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 21:29
- Où je vous emmène cette fois ?

Il y a longtemps que vous n’aviez de mes nouvelles ?

Eh bien écoutez attentivement cette musique :

Elle vous apporte un indice chaud et ensoleillé sur la nouvelle aventure que je vais partager avec vous.

Regardez bien ces essais de couleur qui vous dévoilent l’un des plus jolis voyages où je puisse vous emmener en cette fin d’année, tandis que l’Europe va être plongée dans la grisaille et le froid.

Ce voyage, nous allons le vivre vous et moi en l’espace de quelques jours seulement (pourtant il y a longtemps qu'il a commencé), alors suivez bien mes publications : je vous promets que vraiment vous ne le regretterez pas, et qu’au bout de la route vous vous retrouverez avec un petit objet entre les doigts, rare et précieux comme un talisman !

Partager cet article

Repost0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:29

C’est ce que je vous propose en juillet – août à partir de la jolie maison d’hôtes de La Fresse au milieu des superbes paysages du Jura Oriental : j'adore cette région, la maison où se déroulent les stages et où j’ai eu le plaisir d’accompagner en aquarelle des centaines de stagiaires depuis presque 40 ans !
Parce que c’est l’endroit idéal pour se donner les meilleurs atouts de réussite en aquarelle de voyage : le bel atelier mis à notre disposition pour acquérir les bases en d’excellentes conditions, les villages authentiques, les forêts, pâturages et lacs environnants, la vie de cette montagne qui vous ressource de sa fraîcheur au cœur de la chaleur estivale, les délicieux petits plats de notre hôtesse d’accueil, les cours et sessions de terrain que j’ai spécialement préparés pour vous, sont autant d’éléments rarement réunis en un seul endroit pour repartir avec des compétences décuplées. Vos progrès seront continus et votre potentiel augmentera régulièrement.
En initiation autant qu’en perfectionnement les solutions sont souples et puissantes, la formation efficace et réactive, car je vous fais bénéficier de mes décennies de formateur institutionnel et de créateur de modèles, où l’aquarelle tenait déjà une grande place dans ma vie professionnelle.

L'un des nombreux exercices possibles dans les stages du Jura Oriental.

L'un des nombreux exercices possibles dans les stages du Jura Oriental.

Dès le début du stage, je vous expliquerai en détail comment j'ai développé mon approche carnets de voyage, et des aquarelles basées sur une bonne connaissance des secrets de la couleur, des valeurs, des formes et des volumes en esprit de synthèse. Comment par des procédés simples et rationnels appris dès mon enfance (mon père peintre et sculpteur était aussi mon premier et meilleur enseignant), j’ai pu aborder les sujets les plus complexes avec beaucoup d’aisance et de liberté. Comment on peut capter la vie de quelques traits. Je ne cache absolument rien de mes techniques et vous n'avez plus qu'à les appliquer.

Si cette aventure vous tente, venez vite me rejoindre en Jura Oriental, il vous suffit de m’écrire en cliquant ici pour m’en demander conditions et certificat de réservation.

Et si vous hésitez encore, je vous dévoile à la fin de la vidéo ci-dessous quelques images des sessions de l’été dernier, mais avant, je ne peux résister au plaisir de partager avec vous quelques moments privilégiés du récent stage carnet de voyage aquarelle que j’ai eu le plaisir d’animer à Lisbonne et dans sa région  : la plupart des participants de ce très beau séjour sont déjà venus se former dans les stages du Jura Oriental  !

La vidéo tout de suite après la pub (deux flash de 15 secondes) :

Partager cet article

Repost0
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 10:03

        Seconde importante halte sur notre itinéraire du premier jour de stage carnet de voyage au Guatemala, qui vous permettra de nous retrouver non pas dans ce pays mais au Honduras, après la superbe étape matinale de San Cristóbal Acasaguastlán.

      Je ne reviendrai pas sur le nombre de motifs abordés ici, mais j'en choisis seulement un (faisant double page sur mon carnet), parce qu'il symbolise à lui seul une rencontre avec l'esprit d'un lieu.

      Car en aquarelle, en carnet de voyage particulièrement, ce ne sont pas seulement les gens, les paysages, ou les monuments qui nous parlent : ce sont de véritables entités (là on peut parler de « magie » parce qu'elles sont réellement perceptibles) qui se manifestent à nous, et cela, il faut l'avoir vécu pour savoir toute la différence qu'il y a entre elles et une simple émotion esthétique (ce qui n'est déjà pas mal), un plaisir intellectuel ou une belle rencontre humaine …

Pierres ensoleillées du temple 21 à Copán Ruinas

Pierres ensoleillées du temple 21 à Copán Ruinas

        Peut-être cela ne se perçoit-il pas à travers ma double page ni le final de ma vidéo, mais j'ai en ce lieu du temple 21 des ruines de Copán, perçu « quelque chose » qui m'a, par le jeu du dialogue entre la force de la nature et les pierres soudain devenues « soleil », pendant quelques secondes projeté dans un univers magnifique, effrayant et vertigineux, absorbé presque aussitôt par les rayons même du soleil  qui descendait à l'horizon !

     Peut-être le fait que nous étions les seuls visiteurs ou presque dans ce site mondialement connu a-t-il joué en ma faveur, mais voici ce que je recherche à travers mes « expériences créatives » d'une part, le carnet de voyage d'autre part (et que j'essaie de transmettre à travers mes stages en fin de progression) : la capacité en plus de l'émerveillement et du rapport au vivant, à entrer en relation profonde avec le visage invisible du monde...

      Et croyez-moi, cela provoque inévitablement des choses tout à fait extraordinaires !

La vidéo tout de suite après la pub !

La vidéo tout de suite après la pub !

Partager cet article

Repost0
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 08:06
Poème de soie (uniquement pour toi)

Cette page est extraite de mes carnets secrets d’adolescence…

Je la partage aujourd’hui avec vous (c'est mon idée à moi) en attendant la suite de nos aventures et carnet de voyage au Guatémala…

J’avais de nombreux carnets secrets qui portaient le nom d’«Amour », «Amitié », etc.

Ce ne sont que des petits poèmes en vers libres comme celui-là parfois un peu maladroits, mais toujours tendres et profonds, avec des illustrations naïves et simples.

Plus tard, je les ai copiés sur des pages de soie, précieuses et raffinées,  tissées en Chine ou fruits des canuts de Lyon…

…Et si je publiais un jour ces « poèmes de soie » ?

- Qu'en pensez-vous ?

- Peut-être vous y reconnaîtriez-vous comme dans ces miroirs enfouis que nous portons tous au plus profond de soie soi ?

Partager cet article

Repost0
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 02:12

En direct du Portugal ce 23 avril 2016 : je ne voulais pas rentrer en France ni reprendre notre balade au Guatemala, sans partager avec vous cet extrait d'une minute de plaisir de dessiner et de peindre au contact d'une population chaleureuse et authentique dans un petit village d'Alentejo, parmi des milliers d'autres minutes aussi intenses que celle-là, lors du premier de mes stages portugais 2016 d'aquarelle appliquée aux carnets de voyage...

Que notre ami Joël OLIVEIRA soit ici remercié en priorité !

Avec un grand merci à nos amis portugais de ce petit village (et à tous les autres qui rendent notre voyage exceptionnel, à commencer par Joël OLIVEIRA !

Partager cet article

Repost0
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 23:45

      Je ne voulais pas repartir en voyage sans commencer de partager avec vous notre première halte sur les routes du Guatemala, que nous venons de quitter à regret...

       Oh, ce n'est qu'une toute petite étape sur notre itinéraire du premier jour, mais elle vous permettra de vous imaginer quelques instants avec nous, en attendant de nous retrouver vers la fin du mois, pour la suite de cette belle aventure (quand je serai revenu des balades en Algarve qui n'en sont pas moins belles pour autant).

     Chaleur tropicale ce matin dans le joli petit village de San Cristóbal Acasaguastlán, au bord du fleuve Motagua qui va se jeter 400 km plus loin dans le golfe du Honduras. C'est notre première halte depuis notre matinal départ de Guatemala City.

     Des oiseaux que nous ne connaissons pas chantent dans les arbres (« Acasaguastlán » signifiant en « Nahuatl ancien « endroit à hérons et à grives »), tandis que nous dessinons l'une des plus charmantes églises de la région, toute blanche, à la façade baroque de pur style colonial l'une des premières édifiées sur cette terre à la conquête des Espagnols, par le « corregidor » Diego de Vitoria y Zapata en 1654 ...

San Cristóbal Acasaguastlán

      Nous aurions pu passer beaucoup plus de temps à dessiner et peindre les maisons colorées du village, à l'ombre des palmiers et des grands arbres entourant la petite place où convergent toutes les rues, mais à peine le temps de nous mettre une petite heure sous la protection picturale (et routière) de Saint Christophe (le saint patron des lieux auquel est dédiée l'église), que nous devons reprendre la route.

      Il faut dire qu'elle est encore longue jusqu'au Honduras où nous attendent nos prochains motifs, ce que je vous raconterai la prochaine fois, vous verrez que l'attente vaudra bien ce voyage et les fabuleuses découvertes qui vont avec !

San Cristóbal Acasaguastlán

     Le petit Jésus sur son épaule, il a fière allure le Saint Christophe qui trône derrière l'autel de l'église, même si, des dorures qui le recouvraient sans doute entièrement il ne reste plus que quelques traces éparses, qui nous donnent une idée de ce que pouvait être le retable tout entier aux meilleurs moments de son époque de gloire...

 

San Cristóbal Acasaguastlán

      

      Nous laissons derrière nous la Sierra de las Minas et ses 130 km de longueur, qui domine San Cristóbal Acasaguastlán et la vallée du fleuve Motagua (montagne imposante dont les sommets disparaissent dans d'épaisses brumes), pour nous diriger plein est, vers la frontière du Honduras.

      Même si nous n'avons pas assez de temps pour emprunter une piste montant vers ses sommets, nous ne pouvons quitter les lieux sans évoquer l'importance considérable de ce sauvage massif, pour les équilibres naturels de notre planète.

     Ses forêts, qui s'étagent progressivement jusqu'à plus de 3000 m (son principal sommet, le Cerro Raxón culmine à 3 015 m d'altitude), recèlent, outre leurs riches gisements de jade et de marbre, des écosystèmes tout à fait rares tels que les plus grandes forêts de nuages ​​de Méso-Amérique à la flore et à la faune dense et variée, dont les habitats sont partout ailleurs menacés.

   On y a répertorié plus de 885 espèces d'oiseaux, mammifères, reptiles y amphibiens, dont le fameux et très rare quetzal. Quant aux forêts de la Sierra de las Minas, elles s'étagent des zones tropophiles à la forêt subtropicale humide de montagne et de nuages, avec 15 espèces de conifères tropicaux d'exception, ce qui donne à ce massif une valeur d'extraordinaire banque génétique.

    Esquisse rapide de la très riche réserve de biosphère que nous laissons derrière nous, reconnue par l'UNESCO depuis 1992, et de ses très nuageux sommets...

 

San Cristóbal Acasaguastlán

      Magnifique et éblouissant de beauté, le quetzal sacré, emblème du Guatemala, farouche et invisible oiseau de la Sierra de las Minas, animal épris de liberté qui ne survit jamais en captivité, vit dans la partie « forêt de nuage » du massif, en haut de la canopée de cette dense forêt tropicale typique de Mézo-Amérique en permanence humide, située entre 1 000 et 3 000 mètres d'altitude, ici bien au-dessus de nos têtes, dans la brume dense qui nous cache les sommets.

      C'est l'oiseau mythique des Mayas que l'on retrouve au centre du drapeau guatémaltèque et qui a d'ailleurs donné son nom à sa monnaie du pays.

      Il a malheureusement pratiquement disparu des forêts guatémaltèques et bien sûr, à notre grand regret, nous ne le verrons pas, j'ai bien fait de le dessiner « par anticipation » avant de partir !

 

Pour mieux profiter de cette vidéo vous pouvez la visionner en plein écran sans perte de qualité.

     Je voudrais pour terminer ce billet évoquer les deux illustrations sonores de ma vidéo :

       D'abord, la chanson « Soy de Zacapa » (ce qui veut dire « Je suis de Zacapa ») ici interprétée au marimba (je reviendrai plus tard sur cet instrument de musique indissociable du Guatemala) créée par José Ernesto Monzón, auteur-compositeur-interprète disparu en 2003, illustre et intéressant poète Guatémaltèque.

      Je l'ai choisie comme fil conducteur de ma vidéo, car Zacapa (que nous traverserons pour nous rendre au Honduras) est une petite ville toute proche de San Cristóbal Acasaguastlán, et parce que la revendication de son identité locale à travers cette chanson est devenue en quelques années seulement une sorte d'hymne dans la musique populaire, où chaque guatémaltèque se reconnaît un peu.

      Quant à la séquence « Victimæ paschali laudes », même si ses origines l'éloignent de l'Espagne des conquistadors, elle était certainement chantée en l'église de San Cristóbal Acasaguastlán le jour de Pâques, l'officialisation de l'œuvre par l'Église étant définitive depuis 1570 (elle fait partie des chants liturgiques formellement fixés pour la messe depuis cette époque-là, malgré de nombreuses modifications).

Partager cet article

Repost0
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 15:49

Heureux participants au voyage de la "Route du bleu" qui m'accompagneront dans quelques jours seulement au Portugal, pour découvrir du Sud-Alentejo jusqu'à la côte vicentine les plus beaux coins d'Algarve, à travers un regard pictural et carnettiste nouveau : celui que je partage depuis des années aux quatre coins du monde !

Un regard différent, parce que mettant en relation directe l'essence même de ce que la vie nous offre de plus beau à travers rencontres et découvertes et notre potentiel de perception, témoignage, interprétation et expression créative personnelle au cours des stages aquarelle et carnets de voyage que j'anime depuis près de quatre décennies.

Une page parmi tant d'autres réalisée lors du voyage au Sud Portugal

Une page parmi tant d'autres réalisée lors du voyage au Sud Portugal

Je ne reviens pas sur l’attrait de ce stage, l’intérêt et la beauté du circuit pictural que nous allons suivre pendant 9 jours dans un Portugal hors sentiers battus, aux falaises déchiquetées qui dominent l’océan, et aux villages blancs dont les ruelles fleuries sont les pages d'un livre à ciel ouvert où la mémoire des pavés chargés d’histoire vous envahit comme la mélopée d’un fado…

En Algarve, vous choisirez dans la plus extraordinaire des palettes les couleurs qui vous inspireront pour réussir cette connivence unique de la roche et de la mer où le bleu du ciel donne une incomparable profondeur aux tableaux poétiques et irréels des plages paradisiaques lovées dans ses calanques et des petits ports animés bien avant l’aube, qui vous attendent dans leur grande authenticité...

Tout de suite après la pub !

Vous pouvez, si vous n’avez pas suivi mes reportages au jour le jour du stage de l’an dernier, visionner le petit clip ci-dessus qui n'est qu'un tout petit extrait (très parcellaire), mais qui donne déjà une idée de l’esprit de ce stage.

L'auteur de son illustration sonore "Ballade d’un vagabond" (texte et musique) est Luiz GOES (Coimbra, 5 janvier 1933 – 18 Septembre 2012) médecin portugais, poète et musicien. Il est surtout connu pour sa poésie et son fado néo-modernes. Je vous donne (parce que je trouve ce fado très beau) ma traduction personnelle (et sommaire, pardonnez-moi) de cette ballade qui est ici interprétée par le groupe de fado des étudiants de la faculté de médecine de Porto :

« Si vous voulez savoir, amour, pourquoi je vous désire,

demandez  à un vieux marin

si une aventure dans chaque port

lui fait perdre sa véritable destination.

Demandez à la mer, éternellement bleue,

la raison d'être de sa couleur,

parfois verte, parfois cendre...
Mais c'est le ciel son premier amour.

Si vous voulez savoir, amour, pourquoi je vous désire,

demandez à un vieux vagabond

si tant de routes, tant de femmes,

ont détruit une fois pour toutes son premier univers.

Demandez à la fleur, que la nuit fane,

si elle veut s’ouvrir dans une aube nouvelle,

si presque rien la vie lui a donné,
si elle doit mourir dans ma main refermée. »

 

Je vous retrouverai bientôt pour vous parler du très beau stage carnet de voyage au Guatémala qui vient de se terminer...

Partager cet article

Repost0