l'aventure picturale - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 00:00

Le hibou vient de traverser la paroi rocheuse, et il nous enveloppe de ses ailes protectrices en sortant de la nuit et du monde des songes.
La lune présente par les deux arcs de cercle inversés (pour la lune montante et descendante), le guide jusqu’à nous, pour nous indiquer les chemins magiques de la sagesse.
Il saura à son tour nous transmettre la clairvoyance, pour apprendre à avancer dans la forêt immense des signes inintelligibles que notre existence devra déchiffrer…

Le grand hibou

"Le grand hibou" Acrylique et huile sur toile 60 x 73 cm

Essayer de « comprendre derrière les apparences », est une question posée par cette peinture.
- Comment y voir plus clair au cœur de la nuit, si ce n’est en prêtant davantage attention aux « signes naturels » envoyés par le destin ?

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 00:00

Il n’est pas de signe intelligible ou non, sur le petit cheval magdalénien et dans son environnement, sans intervention chamanique…
En le dessinant, le chaman entre en communication avec l’animal - esprit qui vit derrière la paroi, il entre littéralement dans le monde des esprits, où il dépasse la condition humaine profane.
En veillant sur les âmes de sa communauté, le chaman peut seul les voir, en interpréter les blessures ou possessions, en connaître la destinée…
Dans cet univers, où le sacré est toujours lié à un « au-delà » et passe par un rapport à la nature où l’animal joue un rôle considérable, le cerf est primordial.
Par sa ramure, il incarne la force, l’arbre de vie, les différents cycles naturel et spirituels. Il est associé au renouveau, à la fécondité. Plus que messager du sacré, il incarne la puissance, l’abondance et le rayonnement divin.
Pour le chaman, entrer « en communication » avec le cerf, se « transformer » en cerf, rétablit une archaïque solidarité mystique entre l’homme et l’animal. Il comprend son langage, il partage sa prescience et ses pouvoirs.
Le rouge qui englobe Chaman et cerf, n’est rien d’autre que le champ énergétique intense qui se manifeste par cette couleur.
Le rouge, en nous reliant à la terre nous relie à la vie, et nous emporte avec le chaman à la rencontre du cerf, dont nous pouvons partager les pouvoirs…
Chaman au cerf"Chaman au cerf rouge"  Huile sur toile  100 x 81 cm

Cette peinture est un questionnement sur la notion de pouvoir aujourd’hui, sur celle des rapports que nous entretenons avec la nature, et sur celle du sens de la spiritualité dans nos sociétés, où les valeurs essentielles se sont transformées, perdant souvent leur sens premier…
- En deux mots, n’est-ce pas notre propre manière de penser, et de considérer nos rapports au monde et à autrui, qui seraient à revoir, pour retrouver l’arbre de vie ?


 


Partager cet article

Repost0
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 00:00

Je vous mets aujourd’hui, sur la piste de ma dernière «belle aventure» picturale de l’année 2013, vous allez en découvrir quelques «images témoin», j’en résumerai l’aboutissement le prochain jour de l’an (je précise que je la menais de front - l'aventure -, en même temps que la finalisation du livre de l’Aven aux Merveilles, les stages très intenses qui ne me laissaient pas une minute de répit, divers repérages, et mille autres activités, qui, je l’espère, porteront leurs fruits à leur tour en 2014, mais cela est pour un autre jour).
Comme d’habitude dans ma peinture «peinture», tout commence par une référence à la préhistoire, à celle de l’humanité et de l’art en même temps…
Vous savez que c’est l’imaginaire et la puissance mentale et spirituelle de l’homme confronté à sa survie depuis ses origines, que j’essaie d’interroger à travers mes toiles ?
Ce «cheval magdalénien» fait partie d’un ensemble (nous dirons d’une collection), où chaque toile est en interaction avec les autres.
Souvenez vous de mes articles précédents à ce sujet, ici, et
Vous voyez à quel point ces questionnements «existentiels» n’aboutissent pas (pour moi), qu’à des peintures «seulement» décoratives (si non, la peinture n’a aucun sens à mes yeux, ou alors ce n’est pas de la peinture) !
Sachez également par rapport à ce genre de toile, qu’il me faut énormément de travail et de temps pour en aboutir la réalisation.
Particulièrement en élaboration technique (et pas seulement par « effets » de matière, car il s’agit véritablement là de sables, de cendres, de charges neutres de toutes sortes où la matière n’est pas suggérée, mais bien réelle), et de produits divers (liants, épaississants, fluidifiants, retardateurs, médiums, etc.), qui, en interaction avec les pigments et autres bases colorées, vont donner par l’alchimie picturale et le respect des temps d’élaboration entre les couches, une véritable «profondeur» à la peinture, avec une texture en surface à mi-chemin entre la peau, le cuir et l’écorce, entre le végétal et la roche, mais où la sensualité du toucher ne doit pas être éloignée de celle du regard.
Cela aussi participe à la «magie» de la peinture, car de toute peinture il doit se dégager de la magie (au sens «merveilleux», avec connotation positive du terme).
C’est dire les jours et les nuits que j’y ai passées en plus des autres activités (sachant que les toiles dont je vais vous parler sont plutôt …de grand format) !
Le cheval magdalénien«Cheval magdalénien», pigments naturels, charbon de bois, ocre rouge, acrylique, et sable de dolomie sur toile 97 x 130 cm
Le cheval reste un animal privilégié dans ma peinture (souvenez-vous des «Chevaux oranges dans la prairie bleue»), car il est le support de nombreux symboles. Il porte ici les stigmates de l’animal d’abord pourchassé pour sa viande, avant de devenir l’un des meilleurs amis (?) de l’homme.
J’ai voulu lui donner une sorte «d’humanité», car derrière les signes inintelligibles et les pièges ou sagaies qui le lacèrent, derrière son profil dessiné au charbon de bois sur la paroi dolomitique, se trouve dans son attitude comme la confiance en des temps pas encore venus…
- Serions-nous quelque part également, en attente d’un accomplissement pas encore survenu, dans notre monde contemporain de compétition permanente, où il faut toujours être le (la) meilleur (e) pour émerger du lot, pour être reconnu (e), aimé (e), pour exister tout simplement ?
- Alors, le monde a-t-il vraiment changé depuis la préhistoire, dans les consciences et le regard de l’être humain, ne serait-ce que sur ses frères et soeurs s’ils sont différents ?

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 21:31

Dans «écholocation», il y a «écho». Vous allez voir à la fin de la vidéo, la relation qu’il peut y avoir entre une peinture évoquant le cheminement d’une chauve-souris dans les profondeurs karstiques, et l’écho d’une incroyable découverte, annoncée dans un quotidien trouvé sur une table de restaurant.
Une nouvelle qui a complètement modifié le cours de mon existence ces huit dernières années, m’entraînant dans une véritable aventure, dont je relate l’histoire dans un carnet réalisé au jour le jour, et qui fait l’objet d’un nouveau livre, publié très prochainement…
Mais que je revienne à la petite surprise que je vous avais promise lors de mon billet précédent : c’est non seulement, la toile ci-dessous (que j’ai le plaisir de vous faire découvrir), mais aussi, celle du catalogue de l’exposition dans laquelle on a pu la voir avec 27 autres œuvres d’art contemporain (peintures et sculptures principalement), exposition qui vient de se terminer.
Pourquoi Millau me direz-vous ?
- Parce que cette charmante ville (surtout connue bien au-delà de nos frontières pour son célèbre viaduc), fut cette année, la capitale européenne de la spéléologie, à l’occasion du 8ème Euro forum de la discipline, et du cinquantenaire de sa Fédération française, un évènement scientifique, sportif, environnemental et une rencontre internationale, dont j’ai déjà eu l’occasion de vous parler ici.
La manifestation, organisée par les Comités Départemental Aveyron et régional Midi - Pyrénées de Spéléologie et la FFS avec le soutien de la ville de Millau, les Instances sportives au plus haut niveau et le Département de l’Aveyron, fut une magnifique réussite. Elle s’enrichit pour la première fois d’un concours d’art contemporain particulièrement intéressant, dont l’initiative revient en premier lieu au Comité Départemental de Spéléologie, dont le dynamisme n’a d’égal que l’action fructueuse et originale.
Le thème en était la chauve-souris, ce concours s’adressant à tout artiste plasticien européen confirmé et professionnel, le nombre des artistes sélectionnés étant limité à 28 correspond aux 28 fédérations européennes de spéléologie participant au congrès. On n’avait le droit de ne présenter que deux œuvres (une seule pouvant être retenue), quant au jury, il était composé de professionnels des milieux artistiques et culturels, ainsi que de représentants du monde spéléologique. Chaque œuvre devait être accompagnée d’un cartel présentant l’objectif et l’intention artistique la définissant.   
Echolocation karstique«Écholocation karstique», Acrylique et technique mixte sur toile (sable dolomitique, pigments naturels, liants acrylo - vinyliques).
Cette toile est une réflexion sur la possible «visualisation» de la perception des espaces hypogés karstiques par l’écholocation d’un chiroptère .
Cette tentative d’une «visualisation»  du monde des profondeurs à partir d’une «mémoire supposée des espaces hypogés» de l’animal, se traduit dans la conscience que nous pourrions en avoir par une vision énigmatique, mystérieuse et symbolique des milieux souterrains .
En même temps que cette «visualisation» met en valeur leur importance dans les équilibres naturels (écosystèmes, hydrogéologie, etc.) à travers les interactions endokarst - exo karst (symbolisées dans la toile par le vol et la vie de la chauve-souris à l’intérieur et à l’extérieur des cavités souterraines), ce sont les archétype de la matrice maternelle, de la caverne des mythes d'origine, de la renaissance et de l'initiation qu’elle évoque .
Quoi que très schématisé (ou traduit par signes) le chiroptère plusieurs fois présent dans la toile est le messager des énergies telluriques, des forces magiques ou «extra-naturelles», établissant un lien vivant  et extra - sensoriel (délié de toute vision «formelle») entre la terre et le ciel, le monde de l’intérieur et l’extérieur, le connu et l’inconnu, le visible et l’invisible, l’occulte et le révélé, le passé, le présent et le futur .
Comme dans le cas de la lumière inactinique utilisée pour éclairer une chambre noire afin de développer en noir et blanc, la couleur rouge du fond de la toile a pour rôle la «mise en valeur» de la «visualisation» des mondes souterrains révélés par l’écholocation de la chauve-souris .
Elle évoque également un creuset matriciel, un espace d’accomplissement allant de la naissance obstétricale aux rites de la puberté et une force de régénérescence où peut se perpétrer le mythe du Phénix (symbolisé par le signe «phi» de l’ancien mot grec «phoinix» en bas à gauche de la toile), un espace séparant les temps géologique des profondeurs karstiques de nos propres notions de durée, un espace que le seul mammifère doué du vol actif est capable de franchir depuis plus de 50 millions d’années …
Voici à présent en complément de ma "petite surprise", le catalogue de cette exposition «Rat d‘Art Volant», (manifestation d’excellent niveau, qui vous donnera une idée de sa teneur jusqu’au 29 septembre au beffroi de Millau), cliquez sur son image ci-dessous, pour l’ouvrir et le télécharger en PDF (à ne pas faire si connexion Internet lente et plugin navigateur inactif):
Affiche expo 1Parmi toutes ces œuvres celles qui ont été primées au final sont les suivantes :
Prix de la ville de Millau pour la catégorie "sculpture" décerné à Double Je pour son oeuvre "le monde allant vers"
Prix de l'office du tourisme de Millau Grands Causses pour la catégorie "œuvres picturales et apparentées" décerné à Sophie Vigneau pour son oeuvre "Envol"
Prix résultant du vote du public décernés par ordre alphabétique à:
-Alain Courtaigne pour son oeuvre "Cavernicoles"
-Anne Deltour pour son oeuvre "Echappée Belle"
-Sophie Vigneau pour son oeuvre "Envol"
Mais je reviens à ma toile : par-delà cette exposition, elle représente symboliquement bien plus qu’une sélection à un concours et une exposition de plusieurs mois.
C’est la matérialisation informelle de la fin d’une aventure qui se termine par la réalisation d’un livre, une belle histoire dont vous verrez le début dans cette vidéo, et que je développe dans le livre en cours de parution, je vous le présenterai dans le prochain article.
Cet ouvrage, un carnet de découvertes et d’exploration dont l’élaboration n’avait jamais encore abordé un tel sujet à travers dessins, croquis et aquarelles, vous emmènera tout au long des sept années où je l’ai réalisé, à la rencontre d’un patrimoine aussi riche que celui évoqué dans mon «Aveyron, carnet de routes», de personnages passionnants, de grandioses paysages, d’une nature préservée, et d’une aventure à la fois scientifique, humaine et sportive, où le mot «spéléologie» évoque aussi une réflexion sur le sens des beautés la nature et du regard des hommes qui ont pour charge de la transmettre et de la préserver.
Alors, avec la parution de ce livre, dans le prochain billet, c’est à une naissance que je vous inviterai !

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 12:42

Il fallait plus que du courage pour se lancer à la poursuite du Bonheur, quand on avait suivi son parcours trompeur sans imaginer où il allait nous emmener !

 

Pourtant, tout avait bien commencé, lorsque l’intrépide équipe arrive sur les lieux avec une motivation et un enthousiasme à vaincre tous les obstacles…
Mon camarade d’ Aven Noir  Daniel André écrit dans son excellent livre «Bramabiau l’étrangeté souterraine», le récit du début de cette aventure :
«Nous sommes le mercredi 27 juin 1888 au matin. Les calèches chargées du poids des hommes et du matériel entrent bruyamment dans Camprieu. Les paysans, alors occupés à couper les foins, cessent leurs travaux et se pressent autour de l'étrange caravane. Peu habitués à de telles visites, ils posent mille questions... et se gaussent de ces "messieurs de Paris" trouvant leur projet pour le moins bizarre : ce serait donc aujourd'hui ou jamais que le Bonheur des ténèbres accepterait de livrer ses secrets.»
Après les repérages de 1884 cette première tentative se révèle plus compliquée que prévu pour E. A. Martel et ses camarades, qui doivent abandonner leur exploration, arrêtés par un obstacle trop important ce jour-là (une cascade infranchissable), mais le 28 juin 1888, Blanc, Armand, Foulquier et Martel s’engagent à nouveau dans le torrent souterrain du Bonheur au milieu de blocs effondrés par une diaclase donnant accès à un labyrinthe orné de salles calcifiées, de marmites de géants, de piliers d'érosion tourbillonnaires et autres étrangetés karstiques…
E. A. Martel atteint bientôt la cote -54 m, mais que va-t-il se passer ensuite ?
Perte du Bonheur ALa Perte du Bonheur est toujours la même depuis l’époque de Martel.
Elle reste empreinte de ce mystère qui fascine les hommes à travers toutes les civilisations, fait à la fois d’attirance, de curiosité et de crainte, mais qui nous questionne par rapport à la fragilité de notre existence et nous «resitue» face à nous-mêmes.
Elle verse surtout au plus profond de notre être le souffle et la magie des forces surnaturelles qui ont suscité auprès de nos ancêtres de la préhistoire suffisamment de puissance imaginaire pour s'exprimer à travers des signes et fabriquer pour la première fois des images, laissant soudain dans l'histoire de l’humanité une mémoire volontaire et matérialisée porteuse de la projection de sa pensée, une trace produit de sa propre main et de son intelligence, une image qui «l’immortalise» et qu'elle va pouvoir donner à voir à d'autres humains à travers le temps.
C’est aussi cette sorte d’atavisme inconscient lié aux actes «sublimants» de nos ancêtres, ce rapport à une élévation de nos engagements, amenant à nous dépasser et (consciemment ou non) à laisser une empreinte de notre passage ici-bas apte résister à l'amoindrissement, perpétuant cet arrachement de l'homme à l'état de nature, qui animait aussi Martel et ses compagnons…

Bateau d'Osgood BAu milieu des cordages, échelles, bougies et lanternes, briquets à amadou, burins et pitons, le canot pliant en toile imperméable fabriqué par Osgood à Creek River aux Etats-Unis commandé spécialement par E-A Martel pour cette aventure, constitue l’arme suprême pour aller affronter ces 27 et 28 juin 1888 les eaux souterraines du Bonheur...

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:30

Vous le savez donc :  cette exposition - du 6 jusqu'au 28 septembre 2012 à l'Espace Culture de la mairie de Millau, dans le jardin jouxtant la mairie au 17 av. de la République - met en parallèle mes travaux de carnettiste au fond du gouffre de l’Aven Noir et mes peintures en rapport avec la géologie et la préhistoire (une démarche picturale déjà ancienne mais que ne connaissaient pas encore beaucoup de Millavois)…

Je ne reviendrai pas aujourd’hui sur le sympathique vernissage qui s’est déroulé il y a quelques jours ni sur les premiers échos de cette exposition, mais je voulais avec ce nouveau billet (avant que le temps passe trop vite car je suis déjà engagé dans d’autres aventures), remercier chaleureusement toutes les personnes (proches et inconnues dont certaines venues de loin) présentes lors de la petite cérémonie qui en lançait le « coup d’envoi » .
Pour celles et ceux avec qui j’ai eu le plaisir de partager un « verre de l’amitié » (je ne peux pas vous citer toutes et tous, vous vous reconnaîtrez) sachez que cela m’a fait immensément plaisir de vous retrouver ou vous rencontrer en cette occasion (vous avez bien fait d’avoir suivi ce blog pour lire assez tôt l’invitation qui vous concernait) et j’étais vraiment navré que la soirée soit si courte et que je n’ai pu consacrer à chacune, chacun, le temps qu’elle (ou il) méritait vraiment, car une fois de plus c’est dans un esprit d’échange et de partage que je voyais ce petit vernissage et l’exposition qui lui est associée .
Compil-expo1Pour vous qui me lisez et ne pouviez être présent (e) ce soir-là juste quelques photos (compilation d’avant, pendant et après le vernissage) qui donnent une idée de l’atmosphère toute simple et amicale de cette fin d’après-midi .
Je n’oublie bien sûr pas dans mes remercîments l’équipe culturelle municipale de la Ville de Millau à commencer par Madame Albine Dalle Adjointe au maire et Déléguée à la culture, Monsieur François Leyge conservateur du Musée de Millau, les animatrices (et animateurs) dynamiques du Service Culture de la ville (je salue au passage Claudie Constantin-Toye et ses collègues), mon amie Katia Fersing si bien impliquée dans la mise en valeur de notre patrimoine vivant, Roland Pélissier (pour les raisons que vous savez), tous les élus ou anciens élus des communes concernées par l’Aven Noir (Nant, Revens, Lanuejols, Trèves) dont certains ont eu la gentillesse de venir en personne, les propriétaires terriens des parcelles cadastrales dans lesquelles se trouvent les réseaux du gouffre dont je parle dans mon carnet, enfin tous ces gens formidables qui ont faits le déplacement jusqu’à Millau et dont je rencontrais certains (es) pour la première fois …
Alors je vous dédie à toutes et tous (« visuellement » et symboliquement) cette toile accrochée dans l’espace central de mon exposition (par ce qu’elle veut dire bien d’autres choses que ne le laissent supposer seules les allusions au cheval mythique), «Le territoire du chaman» :
Le territoire du chaman«Le territoire du chaman», acrylique,  sable et pigments nacrés sur toile .
"Le cheval pourrait avoir eu très tôt une place symbolique de premier plan puisqu'il est l'animal le plus représenté dans l'art préhistorique . En l'absence de preuves concrètes expliquant ce choix, toutes les interprétations restent possibles, du symbole de pouvoir à l'animal chamanique (selon la théorie de Jean Clottes reprise par Marc-André Wagner). Le cheval devient aussi un ancêtre totémique, plus ou moins divinisé.
Le cheval est donc l'animal du chamanisme et des rituels initiatiques, une association qu'il doit à son instinct, sa clairvoyance, sa perception psychanalytique comme part animale et intuitive de l'homme éclairant la raison, et sa connaissance de l'Autre Monde. « Le territoire du chaman», est donc immense puisqu'il passe par d'autres états de conscience ...

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 23:12

Bien sûr il y a bien plus de toiles dans cette exposition (qui met en parallèle mes travaux de carnettiste au fond d’un gouffre et mes peintures en rapport avec la géologie et la préhistoire - rappel du lieu et dates : à partir du 6 jusqu'au 28 septembre 2012 à l'Espace Culture de la mairie de Millau, dans le jardin jouxtant la mairie au 17 av. de la République -) que celles dont je vous fais part ici …

Cette exposition constitue un ensemble qui pourra dès l'an prochain être disponible pour d'autres lieux . Les personnes ou organismes qui seraient intéressés pour la mettre à disposition de leur public peuvent dès à présent prendre contact avec moi en cliquant ici .

Mais je choisis pour vous aujourd'hui avec ces trois dernières toiles celles de ma série la plus «hermétique» de l’exposition .
Elles évoquent la lumière étrange séparant celle du grand puits d’entrée de l’Aven Noir (provoquée par les rayons obliques du soleil dans la Fosse aux Ours) de celle produite par nos lampes en limite d’obscurité où on perd tout repère visuel, où le vide et l’inconnu vous appellent et où le relief devient «creux», où les notions de volume commencent à s’inverser …
16 - Descente dans la Fosse aux Ours - détail -«Descente dans la Fosse aux Ours» aquarelle (détail), extrait du «Carnet d’exploration de l’Aven Noir», thème central de l’exposition «démarche créative autour d’un carnet d’exploration»
Là, le monde est «autre», remettant complètement en question nos perceptions de la réalité, nous plongeant dans un passage où réel et irréel se côtoient, que l’on franchit comme l’équilibriste au dessus de l’abîme…
L’ensemble des toiles de cette collection change de couleur selon la lumière et la position de celui qui les observe . C’est le fruit d’un long travail sur la réfraction de la lumière, nos perceptions visuelles et l’idée que l’on se fait sur la nature de ce que nous voyons .
Même s’il est presque impossible de les décrire je vous en fais ici part, mais ceux qui les verront réellement comprendront la question que je pose : - la réalité que nous percevons n’est-elle pas l’apparence d’une réalité toute autre ?
Le gardien des signes«Le gardien des signes», pigments naturels, acrylique et sable sur toile, variations chromatiques selon déplacement de la lumière ou du point de vue latéral de l'observateur par rapport à la toile .
Préhistoire, comme je la ressens : c'est le chaman qui garde, protège et perpétue les mystères du sanctuaire (je pense ici aux zones profondes des grottes où s'élaboraient en même temps que des pratiques dont nous ignorons tout, les premières plus belles pages de l'art)...
Signes inintelligibles II«Signes inintelligibles III», pigments naturels, acrylique et sable sur toile, variations chromatiques selon déplacement de la lumière ou du point de vue latéral de l'observateur par rapport à la toile .
Dans la pénombre des profondeurs karstiques tout devient traces et signes ...
Qu'ils soient le produit de la nature ou de l'esprit humain il faut pour les interpréter arriver à comprendre le contexte exact dans lequel ils ont été réalisés .
Quoi qu'il en soit ils restent toujours aux yeux de celui qui les découvre le sujet d'une fascination empreinte de magie ...

L'ange«L’ange», pigments naturels, acrylique et sable sur toile, variations chromatiques selon déplacement de la lumière ou du point de vue latéral de l'observateur par rapport à la toile .
«Messagers invisibles, habitants des cieux, êtres de lumière et symboles de légèreté mais également du feu et du pouvoir martial, les anges ont, de tous temps, été présents dans l’imaginaire de l’homme. Toutes les civilisations connaissent l’existence de ces esprits bénéfiques qui collaborent avec le Créateur, selon leur rang dans la hiérarchie céleste.»
- Un ange veille-t-il depuis ses origines, sur la destinée de l’Aven Noir puisqu’il vient tout récemment d’être classé pour l’ensemble des trésors qu’il recèle par le Ministère de l’Environnement ?
P.S.: la grande part de la prise en considération de ce gouffre pour son classement revient à mon camarade Roland PÉLISSIER, (inventeur - découvreur de ses réseaux Macary - Pélissier) qui n’a eu cesse d’en mettre en valeur les richesses insoupçonnées, qu’il en soit ici remercié.

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 22:44

Arrêtons-nous aujourd’hui sur quelques nouvelles toiles de cette exposition (rappel du lieu et dates : à partir du 6 jusqu'au 28 septembre 2012 à l'Espace Culture de la mairie de Millau, dans le jardin jouxtant la mairie au 17 av. de la République).

Cette exposition constitue un ensemble qui pourra dès l'an prochain être disponible pour d'autres lieux . Les personnes ou organismes qui seraient intéressés pour la mettre à disposition de leur public peuvent dès à présent prendre contact avec moi en cliquant ici .
Voici donc trois autres toiles choisies au hasard et il ne s’agit là pour deux d’entre-elles que de détails, mais vous comprendrez mieux ce qui les relie au « carnet de l’Aven Noir » lorsque vous verrez peut-être un jour en feuilletant ce carnet dans quelle chronologie géologique et préhistorique ce splendide gouffre se situe ..
En attendant en voici les reproductions avec quelques « clés » renvoyant au carnet : 
Pléistocène marécage « Pleistocène Marécage », pigments naturels, acrylique et sable de dolomie sur toile
Le Pléistocène moyen s'achève au début du grand et long réchauffement de l'interglaciaire Riss / Würm (- 180000 à - 120000 ans avant notre ère). Les paysages des Grands Causses ont déjà un aspect semblable à celui d’aujourd’hui et les principaux réseaux de l’Aven Noir ont leurs actuels systèmes souterrains . C’est une grande histoire, c'est une toile de grande dimension

Artiodactyles et autres mammifères« Artiodactyles et autres mammifères », pigments naturels, acrylique et sable de dolomie sur toile (détail).
On pourrait attribuer la genèse du creusement initial de l'Aven Noir à l'Éocène moyen (il y a 48 millions d'années, la poche d'argilites bariolées de la galerie des Quatre-Pierre s'étant probablement mise en place à la période suivante dès l'Oligocène) . Les régions caussenardes auraient pu être plongées en ce temps-là dans un climat tropical chaud et humide, peuplées de nouvelles espèces de mammifères qui évolueront jusqu'à celles que nous connaissons aujourd'hui ...

Lignite page 193

Page 193 du carnet (à propos de la peinture ci-dessous) : il s’agit d’un banc de roches noires, délitées et tombant en éboulis dans la galerie qui la traverse, dont je n’ai pu déterminer l’origine mais qui me fait penser à du lignite (houille noire)

La hutte aux lignites« La hutte aux lignites », pigments naturels et nacrés, acrylique et silice sur toile (détail)
C'est le banc de roches noires délitées traversé par la galerie nord du "réseau classique" de l'Aven Noir qui m'a inspiré cette toile . Cette zone de roches très sombres contrastant avec le calcaire et la calcite environnante, (allant du gris-bleu nacré au gris anthracite presque noir de vigne) est probablement constituée de schistes bitumineux plutôt  que de lignite, (des géologues plus compétents que moi, le diront un jour) .

J'ai imaginé que plus loin dans une zone affleurant à la surface dans un talweg du Trévezel des chasseurs nomades préhistoriques auraient pu comme dans l'abri moustérien des Canalettes (situé non loin de là sur la même commune que celle où se trouve le puits d'entrée de l'Aven Noir) se servir de lignite comme combustible de chauffage en le rajoutant au bois de leurs foyers .
J'y évoque la braise des foyers, l'armature des huttes et abris de leurs campements temporaires, la fumée sombre et les fragments de lignite ... 

Partager cet article

Repost0
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 10:27

Si vous ne pouvez la visiter voici quelques toiles de cette exposition (rappel du lieu et dates : à partir du 6 jusqu'au 28 septembre 2012 à l'Espace Culture de la mairie de Millau, dans le jardin jouxtant la mairie au 17 av. de la République).

Cette exposition constitue un ensemble qui pourra dès l'an prochain être disponible pour d'autres lieux . Les personnes ou organismes qui seraient intéressés pour la mettre à disposition de leur public peuvent dès à présent prendre contact avec moi en cliquant ici .

D’elle vous savez par l’article précédent quel en est le sujet, mais je vais aujourd’hui vous emmener de l’Aven Noir à l’évocation du groupe des Treilles .
Je fais allusion à cette civilisation chalcolithique des Grands Causses (-3.300 / - 2 200 av JC) dans plusieurs des toiles qui seront exposées à Millau .
En voici donc quelques-unes (et des extraits du carnet auxquelles elles sont « liées »)…
Peut-être vous souvenez-vous de ma rencontre avec les «Revenols» ?
C’est en prospectant autour de l’Aven Noir que cette incroyable aventure m’est arrivée, (j’en explique l’épilogue dans l’article qui suivait celui de ma rencontre avec cette communauté, n’hésitez pas à y revenir)  .
En tout cas la première des toiles l’évoquant ici fait allusion aux parures à éléments de cuivre (généralement martelé à froid) où les hommes complètent l’usage d’un outillage principalement en pierre par des objets en cuivre .
Fibule

« Fragment chalcolithique », poudre de cuivre, acrylique et sable de dolomie sur toile .


Premiers supports décoratifs … Ces objets en cuivre martelé à froid, gravé, incisé, étaient-ils également peints ? … Si oui, avec quoi ?  - Quel était leur rôle ? -
Ils préfigurent déjà dans mon imaginaire la beauté des objets de cuivre émaillé qui firent la richesse des arts décoratifs quelques millénaires plus tard et ont plus de  beauté plastique pour moi que bien des bijoux contemporains .

Revenols-2-Parures des "Revenols", extrait de la page du carnet auxquelles les peintures de cette série peuvent être rattachées (je me suis inspiré des collections archéologiques des musées Fenaille et de Montrozier consacrées aux civilisations chalcolithiques du Rouergue et des grands causses) pour la réaliser.
Revenols urnes«Mémoire campaniforme» Acrylique, pigments et sable dolomitique sur toile.


Rares sont les archéologues, préhistoriens, qui ne se sont pas intéressés au phénomène campaniforme . «Le terme de campaniforme s’applique avant tout à une série d’objets archéologiques et principalement à un gobelet de céramique dont le profil en S, lui conférant une forme de cloche à l’envers, lui a donné son nom… C’est encore par association récurrente que d’autres objets - non céramiques - ont pu être qualifiés de campaniformes… Un autre élément de définition du Campaniforme a longtemps été donné par les contextes de découvertes de ces objets, car pendant plusieurs décennies alors que l’archéologie du Néolithique s’intéressait particulièrement au domaine funéraire, c’est bien dans des sépultures que ce mobilier spécifique a été mis au jour…» (voir contexte archéologique ici)
C’est la question de la rencontre du campaniforme lors de son expansion avec les modes culturels du groupe des Treilles que j’ai voulu évoquer dans cette toile .
RevenolsLes "Revenols" du groupe des Treilles tels que je les ai «visualisés» dans mon rêve de juillet 2010... (Extrait du carnet d’exploration)
De l'âge du bronze«De l’âge du bronze» Acrylique, pigments et poudres bronze et de marbre sur toile.


Apogée et fin de l’âge du bronze (de -2200 à - 800), fin de la civilisation des Treilles et du campaniforme, premier âge du fer …

Transition, transformation et évolution des sociétés c’est déjà le basculement de la préhistoire à l‘histoire : «…de profondes évolutions touchent tous les aspects de la société : innovations technologiques, refonte des réseaux commerciaux et intensification des échanges, apports démographiques, accroissement de la hiérarchisation sociale, basculement, à partir du VIe siècle dans l'orbite culturelle et économique du monde méditerranéen, émergence de la ville et d'une économie monétaire, mise en place de pouvoirs politiques centralisés…»
Cette toile évoque cette évolution charnière, ces basculements irréversibles perçus dans la symbolique du feu transformant le métal et fusionnant les alliages par l’alchimie rougeoyante des creusets et des forges …

Partager cet article

Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 15:46

   Nous étions partis de Yangon dans la chaude moiteur d’une nuit tropicale tandis que les fleurs blanches des tecks exhalaient leur subtil parfum sous les étoiles .
    Les éclats enchantés des pagodes d’or brillaient encore sous les ailes de l’avion lorsque nous longions le Golfe du Bengale .
     Et puis en arrivant à Roissy dans la grisaille glacée du petit matin en pleine vague de froid, dans le hourvari des tracas de la ville nous nous sommes immergés dans la foule pressée, indifférente, courant vers son travail, ses errances, son destin …
    Il y avait là des grouillements innombrables, mêlant fébrilité, agacement, servitudes ordinaires, un «je ne sais quoi» laissant deviner les préoccupations de la crise, de la campagne électorale, des motivations de toutes sortes qui croisaient leur chemin dans la fureur assourdissante des bruits de moteurs et des vapeurs d’essence devenant encore plus chères .
    J’avais hâte de retrouver mon Rouergue radieux, les Grands Causses sauvages, et la silhouette bleutée des Cévennes à l’horizon .
    Mais aussi les grandes falaises dolomitiques tombant à la renverse sur les canyons, ouvrant leurs tièdes cavernes sur la vallée avant que le vol majestueux des vautours fauves ne vienne donner le signal des premiers thermiques de la journée .
    La plus belle des grottes s’ouvre sur un balcon belvédère face au soleil levant . Pas un bruit, pas un souffle, pureté immaculée d’une nature encore intacte .
    En hiver, avant que les rayons de l’astre du jour ne réchauffent le porche gigantesque, on ressent déjà la tiédeur des profondeurs de la terre avant même de le franchir .
    Quelques jours sont passés depuis notre retour de Birmanie et je m’avance sous la roche où la lumière décline, ne devenant qu’un faible halo derrière moi au bout d’une cinquantaine de mètres …
    Je remonte la mémoire du temps .
    Je vois les petites juments magdaléniennes, les jolis chevaux aux crinières hirsutes gambader dans de vertes prairies au milieu de grands mammifères alors que finissaient de se creuser les réseaux profonds de la grotte, à l’aube de nos premières civilisations .
    Je devine un univers dénué de toute forme de pollution, lumineux, farouche et grandiose .
    Je repense à mes «Chevaux oranges dans la prairie bleue» .
    À la petite jument «magdalénienne» entrant joyeusement dans le champ de ma dernière toile restée inachevée à l’atelier . Au milieu de prairies bleues, ocres, saumon et oranges . Au cœur du soleil et de l’éclat doré des herbes sauvages .
    En avançant dans le noir je me projette à la lueur de ma frontale dans la façon dont je vais terminer cette toile …
    Soudain devant moi m’arrachant à mes songes, sur le sol humide et luisant un petit corps meurtri, inanimé, sans vie !
    C’est un grand rhinolophe, l’un de nos chiroptères des plus fragiles espèces .
    - De quoi est-il mort ?
    Sans doute dérangé dans son hibernation il a voulu se sauver et n’a pas résisté à la piqûre du froid, au stress intense ajouté à des efforts insurmontables au sortir de sa léthargie . Réveiller une chauve-souris en pleine hibernation risque fortement de la tuer (d'énergie démesurée pour voler, petit tour glacial en dehors de la caverne et absence de nourriture). Si vous découvrez une hibernante, il faut reculer tout doucement sans le moindre bruit et la laisser paisiblement dormir …
    Ma toile est terminée à présent et je peux vous le confier : la jument magdalénienne est triste …

Rhinolophe bleu    Paraissant flotter entre une paroi et des ruissellements d’argile jaune qui la recouvrent partiellement, entourée de peintures rupestres, la silhouette énigmatique et bleue du grand rhinolophe en hibernation surgit d’une coulée stalagmitique comme s’il s’agissait d’une espèce disparue, d’une forme inconnue ne pouvant être associée à aucun des éléments qui l’entourent …
    Les chiroptères deviendront-ils un jour des espèces oubliées de la mémoire humaine ?
    Cette toile est un questionnement sur la fragilisation et le déclin des populations de chauve-souris, sur la possible disparition des familles les plus menacées .
    L’opposition entre l’identification d’éléments pariétaux liés à l’évocation de la préhistoire et des objets graphiques pouvant être interprétés comme des empreintes, gravures, peintures et autres traces échappant à toute géochronologie dont fait ici partie le chiroptère, induit l’intemporalité symbolique de l’animal .
    Son hibernation paraissant échapper aux notions d’espace - temps par rapport aux éléments qui l’englobent, sa couleur bleue (dématérialisant la chair sur laquelle elle se trouve, ouvrant un chemin d'infini où la réalité devient rêve) invite à passer de l'autre coté du miroir, à aller du jour à la nuit, de la conscience à l'inconscient, et nous renvoie (en nous rappelant la cécité métaphysique humaine) à une prise de conscience face aux générations futures : - pouvons-nous (comme la chauve-souris a su le faire au cours de son évolution paléontologique pour se diriger dans les dédales sans lumière) développer d’autres moyens de perception, d’autres formes de « vision » concernant la sauvegarde des équilibres naturels en milieux souterrains face aux mutations irréversibles de notre monde contemporain ?
    Une tache de lumière représentée par de petits éclats de feuille d’or et un «signe inintelligible» évoque Mallarmé, comparant le génie à une «chauve-souris éblouissante» …

Partager cet article

Repost0